test booking

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Submit

Rendez-vous philo 2.0

« Les profils pédagogiques » (Antoine de la Garanderie)

le jeudi 21 janvier 2021 de 20h30 à 21h30

En partenariat avec la Bibliothèque Langlois

 

 

 

 

Le marché scolaire diversifie son offre : allant des projets pilotes numériques aux écoles du dehors, mais faut-il une diversité de types d’école ou des écoles respectueuses de la diversité des élèves et

de leur singularité ? L’élève doit-il s’adapter à l’école ou l’inverse ? Peut-on proposer la même pédagogie pour tous ? Sommes-nous tous pareils ? Comment tenir compte des singularités dans un apprentissage commun ? Autant de questions que le texte séminal d’Antoine de la Garanderie (1920-2010), père de la gestion mentale, permet de soulever.

 

Infos pratiques

  • L’inscription est gratuite mais obligatoire. Directement auprès de notre animateur philo, Guillaume Lejeune : guillaume.lejeune@cal-charleroi.be
  • N’hésitez pas à faire participer vos élèves (c’est l’occasion) ou vos groupes d’action, à y participer en famille, à y rejoindre des amis !

 

Et pourtant, elle chauffe – Conférence-débat

En visioconférence

Le samedi 16 janvier de 14h à 15 h30 

 

 

 

 

 

Conscients que les questions liées au changement climatique et à une nécessaire transition animeront nos débats de société au cours de ces prochaines années et face à la complexité inédite que ces questions soulèvent. Nous avons décidé – avec quelques amis et avec l’appui et l’aide de Grands-Parents pour le Climat et du Centre d’Action Laïque de Charleroi – de lancer un mouvement collectif autour du projet ‘comprendre pour mieux agir ensemble’ dans notre région de l’Entre-Sambre et Meuse.

Le programme en présentiel, initialement prévu ce 16 janvier 2021 est reporté au 13 mars 2021 après-midi, à savoir un atelier pédagogique de la Fresque du climat pour découvrir et d’approfondir le sujet complexe du réchauffement climatique.

En partenariat avec les Grands-Parents pour le Climat Entre-Sambre et Meuse. 

Inscription obligatoire via ce lien 

Infos : gpcsambre@gmail.com

Limbes – Figures de l’isolement


Le CAL Charleroi, en partenariat avec la plate-forme artistique #windowmuseum, présente l’exposition Les Limbes – Figures de l’isolement du 31 janvier au 28 février 2021.

Du monde carcéral aux prisons métaphoriques l’exposition tente de mettre en perspective le corps -que ce soit celui du modèle, de l’artiste, de l’interlocuteur, du spectateur- et  l’environnement de ce corps, soit le lieu, comme contraintes d’isolement.

Commissariat: Lola Meotti

Artistes: Mohamed Bourouissa, Claude Cattelain, Joséphine Desmenez, Pauline François, Lola Meotti, Amélie Scotta, Pierrick Sorin, Sarah Vanagt.

L’exposition Les Limbes – Figures de l’isolement, conçue par la commissaire Lola Meotti, va se concentrer sur ce sentiment d’être coincé dans un monde inapproprié, trop grand ou trop dirigé, trop surveillé ou soumis à trop de codes comme autant de règles intransgressibles.

Lola Meotti précise que « la notion d’isolement a d’autres visages que celui du confinement reflété par l’actualité. Si aujourd’hui nous en avons tous une définition propre liée à notre quotidien et à notre manière d’appréhender les gestes barrières ou la quarantaine, je souhaite montrer que cette problématique est durablement inscrite dans notre société et que les artistes s’en emparent de différentes manières. Dans l’exposition, les oeuvres sont intemporelles et ont toutes été créées avant la crise sanitaire que nous traversons actuellement ».

Les artistes flirtent entre représentation de décors et de mises en scène ou de fictions sans issues mais dressent le portrait d’un monde bien réel dans lequel chacun doit tenter de trouver sa place entre règles d’un jeu à jouer et autorités subies. On s’interroge sur l’isolement à travers le prisme de l’espace domestique, de nos rapports aux écrans, aux réseaux sociaux, mais aussi en plaçant le spectateur face à des gestes vains contre des forces plus grandes.

L’isolement c’est aussi ne pas se sentir entendu, tenter de trouver le bon moyen de s’exprimer, de témoigner.

 

Lieu d’exposition: 

CAL Charleroi – Rue de France, 31 – 6000 Charleroi

Dates/horaires:

Jour d’ouverture de l’exposition:  le dimanche 31 janvier 2021, de 14h à 18h. L’équipe du Windowmuseum sera présente 

  • jeudi 4 février, vendredi 5 février, samedi 6 février, dimanche 7 février, de 14h à 18h
  • jeudi 11 février, vendredi 12 février, samedi 13 février, dimanche 14 février,  de 14h à 18h
  • jeudi 18 février, vendredi 19 février, samedi 20 février, dimanche 21 février, de 14h à 18h
  • jeudi 25 février, vendredi 26 février, vendredi 27 février, samedi 28 février, de 14h à 18h

Réservations obligatoires: info@cal-charleroi.be / 071.53.91.72

 

 

Numéro vert 0800 pour rompre l’isolement

 

Numéro vert : 0800/82 089

Un numéro gratuit pour parler en toute confidentialité et sans jugement!

 

 

 

 

Un numéro 0800 pour rompre l’isolement en période de pandémie

Pour le mouvement laïque, poursuivre l’assistance morale malgré les circonstances sanitaires est un impératif. C’est pourquoi le Service laïque d’aide aux personnes (SLP), en collaboration avec le Centre d’Action Laïque a décidé de démultiplier les efforts en ouvrant, dès ce 15 décembre, le numéro gratuit 0800 82 089. L’ouverture de cette ligne téléphonique a pour objectif de rompre l’isolement des personnes et de les aider à faire face au deuil et à l’angoisse en période de pandémie.

Ce projet est rendu possible par la collaboration de nombreux permanents, bénévoles et conseillers laïques au sein des différentes régionales du CAL. Il est coordonné au plan interrégional par le Service laïque d’aide aux personnes.

La confidentialité et l’anonymat sont bien entendu garantis à celles et ceux qui auront recours à cette assistance téléphonique. Au bout du fil, ces personnes trouveront des collaborateurs formés à écouter, à voir les choses positivement et à appréhender chaque situation comme unique, appelant une réponse particulière. Nos bénévoles et nos permanents ne font appel à aucune doctrine, aucune croyance, aucun dogme.

En ces temps complexes, la solidarité est plus que jamais de mise. Le mouvement laïque met un point d’honneur à assumer ses responsabilités.

En savoir plus sur le SLP et ses projets :

Eliane Janssens – eliane.janssens@cal-charleroi.be – 0479/52.11.16

Tableau des répondant.es

 

Bonne année !

Cette année, nous allons investiguer la singularité, la liberté d’être soi et le libre examen tout en restant solidaires !

« Soyez-vous-même, tous les autres sont déjà pris ! » O. Wilde

Comme chaque année, nous avons réalisé le fameux calgenda ! Si vous désirez le recevoir, envoyez-nous un mail avec vos coordonnées postales ou venez le retirer à l’accueil du CAL Charleroi à partir du 4 janvier : info@cal-charleroi.be

Au plaisir de vous retrouver, très bientôt !

Exposition : Les Limbes – Figures de l’isolement

Exposition pluridisciplinaire  au CAL Charleroi / ML Charleroi, en partenariat avec Windowmuseum.

Du 1er au 26 février 

 

 

 

 

 

Le Centre d’action laïque de Charleroi a pour vocation d’être à la croisée des pratiques sociales, éducatives et culturelles. Il s’agit en ce lieu de poser des questions et d’y répondre de manières multilatérales.

La commissaire Lola Meotti propose une exposition d’art contemporain imaginée pour le lieu et en adéquation avec les missions du Centre. Intitulée Les limbes – Figures de l’isolement, celle-ci propose des oeuvres d’artistes issus d’horizons différents. Art émergent, art reconnu et art de la scénographie sont mis en place comme autant d’objets qui se prêtent au dialogue et au questionnement des statuts et des postures de l’artiste et de son public.

Du monde carcéral aux prisons métaphoriques, l’exposition réunit des oeuvres où tantôt le corps, tantôt le lieu, expriment la notion d’isolement. La programmation va se concentrer sur ce sentiment d’être coincé dans un monde inapproprié, trop grand ou trop dirigé, trop surveillé ou soumis à trop de codes comme autant de règles intransgressibles. Les artistes flirtent entre représentation de décors et de mises en scène ou de fictions sans issues mais ils dressent le portrait d’un monde bien réel dans lequel chacun doit tenter de trouver sa place dans l’interstice entre règles d’un jeu à jouer et autorités subies.

Une oeuvre centrale sera celle de Mohamed Bourouissa, avec sa vidéo Temps Mort (18 min., 2009). L’artiste nous plonge dans la communication confidentielle -si pas interdite- avec un ami emprisonné. Cette intimité subtile et touchante de l’univers carcéral révélée ici nous pose en voyeurs, ou plutôt complices, de ce que serait la notion d’échange et de dialogue avec une altérité refoulée par la morale.

Deux artistes nous proposent des vidéos performatives dont ils sont les acteurs et qui illustrent le propos de l’exposition de manière plus métaphorique.

Claude Cattelain, muni d’un simple balai, s’emploie à repousser inexorablement des vagues déchainées sur une digue. La chorégraphie convoque immédiatement notre empathie et nous vivons avec lui ses gestes vains, répétitifs et dangereux (4 min., Fabrica Brighton Day 10 reloaded, 2016).

Pierrick Sorin dans sa vidéo Les réveils (5 min.,1988) nous propose un protocole quotidien de captation d’un réel trivial, celui de la seconde où il émerge du sommeil. Nous pouvons tous nous y identifier, victimes du temps qui passe et de sa routine pathétique.

Mettant en scène le corps mais cette fois-ci celui d’autrui, avec la distance imposée par la relation photographe/modèle, Josephine Desmenez (Portrait, 2018) pousse ses muses dans le studio au bout de leur zone de contrôle. Une personne qui à l’habitude de courir régulièrement va courir avant son arrivée sur le lieu de prise de vue et sera donc dans un état de sincérité physique totale au moment où la photographe saisit l’instant d’abandon du regard. Le regard que l’on porte sur soi comme celui de l’objectif porté sur l’autre.

Amélie Scotta, dessinatrice, s’emploie à représenter au graphite avec un réalisme troublant des bâtiments effrayants de perfection (Centrale, 2017). Autant d’espaces froids nous plongeant dans un avenir dystopique sombre, où les structures vivent pour elles-mêmes sans besoin d’habitants.

Jordi Colomer, dans ses vidéos-happening (Anarchitekton, 2002-2004), met en scène un personnage fictionnel, Idroj Sanicne, qui brandit la maquette du bâtiment devant lequel il manifeste « pour rien ». Par ce geste, il pose la question de l’insignifiance de l’influence du citoyen sur les décisions urbanistiques des autorités.

L’exposition sera ponctuée par trois oeuvres scénographiques créées par la commissaire.

Un extrait du film “La cicatrice intérieure” de Philippe Garrel nous donne à voir un travelling mythique dans le désert. Un homme semblant marcher vers son destin, droit devant lui, marche en fait en cercle dans une spirale vaniteuse. Prisonnier de son histoire, il reviendra toujours au point de départ de son malheur.

Une photographie d’archive familiale d’un enfant handicapé mental qui se dresse debout sur une plage, à l’intérieur d’une bouée posée au sol. Emprisonné dans un cocon inutile, un carcan rassurant mais pourtant totalement décalé, observant immobile l’horizon inaccessible.

Une maquette à l’échelle 1/10 reproduit l’espace du livre “le Dépeupleur” de Samuel Beckett, et nous invite à nous interroger sur la notion de communauté, de voyeurisme et de la violence mise en place par certains schémas sociaux que l’on croit ou que l’on subit comme inaltérables.

Un regard laïque sur… par Jules Boulard

Le confinement et le couvre-feu, sans mettre en cause leurs raisons sanitaires, ont peut-être ceci de bon qu’ils nous laissent plus de temps à la réflexion. Mais c’est, en réalité, le vécu aujourd’hui de ce que Koninck a voulu exprimer jadis dans son tableau du « Philosophe au livre ouvert » (1645) : un personnage âgé, comme reclus, méditant devant un livre ouvert, un globe terrestre et… un crucifix. Le décor, l’éclairage, l’escalier sont aussi très significatifs symboliquement, de même l’absence de tout autre personnage dans la perspective de longs couloirs sous les voûtes : nous voilà !

S’il s’agit là d’une ambiance propice à la réflexion, je crains fort qu’elle ne soit pas des plus favorables à l’exercice de la laïcité laquelle, si elle se fonde sur une pensée humaniste, n’en exige pas moins un engagement concret, actif, social, mû par les options altruistes de respect, tolérance et pluralisme. Dans la situation de confinement actuelle, avec toutes les restrictions de contact et de mobilité qui nous sont imposées, nos activités traditionnelles sont suspendues… et la clarté qu’elles s’efforçaient de répandre est bel et bien mise en veilleuse.

Par contre la parole réductrice, dogmatique, parfois vindicative et même terroriste continue à se répandre du haut des clochers comme des minarets. Elle trouve une tribune dans nombre de médias et sur les réseaux sociaux. La stratégie prosélytiste bénéficie d’un terrain favorable en ces périodes troublées par la pandémie annonciatrices de catastrophes mondiales. Rien de tel que la peur pour rendre les esprits comateux, vulnérables aux diatribes des gourous de tout poil.

Quels seront nos lendemains lorsque, le risque pandémique provisoirement écarté, nous nous retrouverons à la merci des castes politicienne, économique, et surtout pseudo-scientifique qui auront pris l’habitude – et l’assurance – d’exercer un pouvoir quasi absolu ? Jusqu’où peut-on accepter les clauses dites de « solidarité » invoquées, rabâchées, imposées ? Qui, ou quel État acceptera que la désobéissance reste l’un des droits fondamentaux, une forme légitime de la liberté, en paroles comme en actes ?

Ne devons-nous pas, laïcs convaincus, être vigilants, nous préparer à affronter de nouvelles idéologies totalitaristes et mettre tout en œuvre pour éradiquer le virus qui ronge ou pétrifie les dynamiques démocratiques ? Peut-être y a-t-il une perspective moins sombre dans la création d’assemblées populaires dont la naissance est annoncée ici et là ? En attendant cette opportunité à saisir, pourquoi ne pas mobiliser nos tribunes, occuper le plus d’espace médiatique possible ? Bref, continuer à être « présents » ?

J.G. Boulard [Cercle Laïque d’Aiseau-Presles, Farciennes et Châtelet]

Mots croisés philo

 

Vous aimez les mots croisés?

Vous aimez la philosophie?

 

 

On vous propose un savant mélange des deux ! 

Téléchargez notre grille de mots croisés et c’est parti ! 

Quand vous finissez la grille, formez le mot de 7 lettres dont les cases sont colorées. Envoyez ensuite ce mot au CAL Charleroi : info@cal-charleroi.be , avec vos coordonnées complètes ! Une surprise vous attend !  

Grille de mots croisés

[/vc_column][/vc_row]

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com